14 millions d’euros levés par Tide : la FinTech britannique se porte bien

Nous avons souvent les yeux rivés sur l’actualité du marché français et européen de la banque en ligne. Mais cette fois-ci, c’est une vague qui nous vient du Royaume-Uni qui pourrait faire du bruit. La FinTech Tide, d’origine britannique, vient de lever 14 millions de dollars pour oeuvre à son développement. Mais quelle est donc l’activité de cette entreprise ?

Tide, un nouvel acteur majeur ?

Les levée de fonds à 14 millions de dollars en série B ne sont pas si courantes que ça : Tide entre dans le cercle de ces start-ups financières qui sont prometteuses, et réussissent à mobilier des capitaux auprès de grands investisseurs internationaux. Dans le cas de Tide, ce sont Anthemis, Creandum et LocalGlobe qui ont mis la main au portefeuille pour ce tour de table inhabituel. De plus, Tide avait déjà réussi à lever 2 millions de dollars en juillet 2016, quelques mois après son lancement.

Mais pourquoi Tide arrive-t-elle à mobiliser autant autour d’elle ? C’est parce que la jeune pousse s’intéresse à un segment qui n’est pas encore exploité efficacement par les groupes bancaires en place : les PME. Beaucoup d’entrepreneurs se sont déjà heurtés au problème d’ouvrir un compte bancaire pour leur business : prix exorbitant, inadéquation entre les services bancaires et les besoins réels, demande de garanties, etc. Le monde bancaire, basé sur le calcul systématique du risque, a bien souvent du mal à appréhender l’univers de l’entrepreneuriat, où le risque est présent à chaque instant de manière tangible.

Tide propose donc aux PME, mais aussi aux entrepreneurs et aux indépendants d’ouvrir facilement un compte courant, assorti d’une ou plusieurs cartes pour les collaborateurs, en fonction des besoins. L’offre sera 100% en ligne, et sera assortie d’autres avantages, tels que la possibilité de mettre en place des virements via un simple scan de facture. Cette formule taillée sur mesure pour les PME n’est pas sans rappeler Qonto, une jeune pousse parisienne dont nous vous parlions très récemment, et qui a levé 10 millions d’euros pour travailler sur le même sujet.

tide banque mobile PME - illustration

 

Une levée de fonds dans quel but ?

Pour beaucoup de start-ups, une levée de fonds est un moyen de continuer à développer le produit tant qu’il n’est pas encore commercialisable. Tide ne devrait pas tellement déroger à la règle : l’entreprise a besoin d’un fonds de roulement pour continuer à développer la qualité de l’application et de son interface. L’entreprise compte doubler en termes d’effectifs d’ici à la fin de l’année 2017.

Enfin, avoir une solution pleinement exploitable est un bon début … mais encore faut-il la vendre. L’étape d’après sera le recrutement d’une clientèle à la recherche d’une service bancaire mobile spécialement conçue pour les PME. Pour l’instant adossée à Barclays, Tide ne dispose pas encore de licence bancaire, et n’a donc pas d’argent à gérer : la FinTech se contente de fournir le service. Elle ne projette pas d’acquérir une licence bancaire dans un futur proche car son activité n’en nécessite pas. Mais on n’est jamais à l’abri d’un changement, notamment à la faveur d’une volonté d’émancipation.