Le livret B, c’est quoi ?

Le livret B est un placement d’épargne qui est commercialisé par les Caisses d’Épargne et la Banque Postale. Il s’agit d’un livret dérèglementé qui constitue un excellent moyen de diversification de son épargne.

Le livret B, un placement complémentaire

Ce produit d’épargne doit être vu comme une possibilité de placement complémentaire après avoir atteint par exemple le plafond du livret A. En effet, celui-ci est fiscalisé (19 %) et soumis aux prélèvements sociaux (12,3 %) pour les intérêts qu’il génère (Paiement par prélèvement libératoire ou intégration à l’impôt sur le revenu).

Il s’agit avant tout de pouvoir contourner les plafonds qui sont imposés aux livrets réglementés. Cette restriction est inexistante sur le livret B, pour un taux de rémunération (fixé par la banque) qui peut apparaitre comme moins attractif, mais ce placement est garanti sans risques, avec l’assurance de retrouver son capital de départ.

Une liberté d’utilisation

Le livret B se caractérise par sa grande souplesse, les versements restent libres pour son titulaire de même que l’argent qui est placé peut être mobilisé à tout instant. La seule obligation est de verser une somme minimum de 10 euros à la souscription, un montant qui doit rester en permanence sur le livret B. Ce dernier peut par ailleurs être conservé sur une durée de temps indéfinie.

Une grande accessibilité

Tous les particuliers peuvent souscrire au livret B, qui peut parfaitement s’ajouter aux livrets règlementés qui ont déjà été souscrits. Les mineurs peuvent accéder à ce livret avec une autorisation parentale. La banque demande à l’ouverture de produire des pièces justificatives à travers une preuve de domiciliation et d’identité. Il est à préciser que les associations peuvent ouvrir un livret B.

Les intérêts du livret B

Les intérêts sont calculés selon la règle de la quinzaine, le titulaire d’un livret B doit donc privilégier des retraits après chaque quinzaine, de même qu’il faut veiller à effectuer ses versements avant l’entame d’une nouvelle quinzaine pour ne pas être perdant.  La perception des intérêts au terme de l’année, tous les 1er janvier.  Ceux-ci sont calculés selon un taux brut.