Le Livret A, c’est quoi ?

Le livret A est un livret d’épargne qui peut être souscrit librement par tous les particuliers qui vivent sur leur territoire français. Le taux rémunérateur et le plafond de versement restent fixés par l’état, il bénéficie d’une exonération d’impôt sur les intérêts perçus.

Un livret d’épargne réglementé

Le livret A entre dans le champ des livrets d’épargne réglementés. L’état décide seul de la fixation du taux d’intérêt qui est susceptible de variation à la hausse comme à la baisse à des dates connues à l’avance chaque année. (Au 1er février, 1er mai, 1er aout et 1er novembre). Autrefois sous le monopole du Crédit Mutuel (sous le nom de livret bleu) et des Caisses d’Épargne, sa commercialisation a été libéralisée au 1er janvier 2009 à l’ensemble des établissements bancaires.

Les particuliers ne peuvent être titulaire que d’un seul et unique livret A, le plafond de ce dernier est fixé à 15 300 euros, mais pourrait prochainement être susceptible d’évolution à la hausse selon les projets gouvernementaux.  Son ouverture ou sa fermeture n’entraîne la perception d’aucun frais de la part des banques. Les intérêts sont calculés par quinzaines. Le capital versé est sécurisé avec des retraits et versements libres à tout instant.

L’utilisation des fonds du livret A

Les fonds collectés sur les livrets A (60 millions de titulaires en France pour un encours actuel de 227,3 milliards d’euros) sont dirigés pour 65 % vers la Caisse des Dépôts et Consignations, qui appartient à l’état et sont comptabilisés pour 35 % sur les fonds propres des banques.  Le livret A sert au financement de projets publics considérés comme d’intérêt général, notamment des investissements structurants pour les territoires (infrastructures de transport, de santé, d’éducation, etc.) L’état peut en outre décider de débloquer des fonds à discrétion en cas d’évènements nécessitant la mobilisation d’un financement conséquent.

Le livret A reste le produit d’épargne préféré des Français, qui voit régulièrement ses encours augmenter.  La seule contrainte demeure la limite de plafonnement de 15 300 euros, 9 % des titulaires d’un livret A atteignent le plafond, mais ils représentent à eux seuls 50 % du total des encours.