Le livret A à la baisse ou non au 1er février 2013 ?

Alors que l’année 2012 a été marquée par le relèvement du plafond de dépôt du Livret A à 19 125 euros, l’année 2013 devrait quant à elle être marquée par une baisse du taux d’intérêt. C’est en tout cas ce qu’évoquent de nombreux observateurs malgré les démentis du gouvernement.

Les conditions entrainant une baisse du taux d’intérêt du Livret A

Clairement, le taux d’intérêt du Livret A est fixé par une règle mathématique et non par simple décret du gouvernement. Si l’on en croit cette formule, une baisse du taux semblerait être inéluctable dans les prochains mois, plus précisément au cours du premier trimestre 2013. En effet, le taux est censé assurer aux détenteurs d’un Livret A un rendement qui suit les évolutions de l’inflation.

Par exemple, en périodes de fortes inflations (comme lors des krachs pétroliers des années 80), le taux avait atteint 8,5% afin de permettre aux Français de continuer à épargner « positivement ». Toutefois, la donne est à ce jour inverse puisque cette baisse du taux devrait être liée à un fort ralentissement de l’inflation. En effet, lors des derniers mois, l’inflation s’est considérablement réduite. A ce titre, le gouvernement pourrait être tenté de diminuer ce taux d’intérêt.

Une baisse potentielle à 2%, voire 1,75%

A ce jour, le taux d’intérêt du Livret A est de 2,25%, dans le contexte de « presque » récession actuel, le gouvernement dispose de 2 choix. Soit il décide de diminuer le taux à 2%, voire 1,75%, afin que les intérêts soient en rapport avec le marché, soit il pourrait maintenir le taux afin de garantir une capacité d’épargne intéressante aux Français. Dans le premier cas, il s’agit d’une mesure impopulaire  et dans l’autre plutôt populaire.

Plus précisément, ces derniers mois, la collecte du Livret A a battu des records, ce qui permet au gouvernement de disposer d’une manne financière conséquente pour financer les logements sociaux promis par le Président Hollande. D’un autre côté, rémunérer un Livret au-dessus du taux du marché peut coûter plus d’argent à l’Etat.