KissKissBankBank se fait racheter par la Banque Postale

Qui ne connaît pas KissKissBankBank, cette plateforme de crowdfunding devenue le symbole d’une nouvelle forme de financement de l’économie ? Créée en 2009, l’entreprise a été rachetée par la Banque Postale, qui a confirmé la transaction dans un communiqué de presse publié ce mardi 27 juin. Pour quelles raisons ce rachat a-t-il été conclu ? À quoi faut-il s’attendre dans les prochains mois ?

La Banque Postale diversifie son activité

La mode est au rachat de FinTechs, car les banques traditionnelles souhaitent garder le rythme de la transition numérique. Après BNP Paribas qui rachète le Compte Nickel et la BPCE qui fait main-basse sur Fidor, c’est au tour de la Banque Postale de s’offrir une entreprise assez en vue à l’heure actuelle. Si le montant de la transaction n’a pas été communiqué, il tourne probablement autour d’une dizaine de millions d’euros : KissKissBankBank& Co.  a en effet bouclé une levée de fonds à 5,3 millions d’euros en 2016, soit il y a une petite année.

Pour la Banque Postale, ce rachat est un moyen “d’élargir son offre de produits et de services pour répondre aux attentes de ses clients ainsi qu’aux nouveaux usages bancaires”. Il est donc possible que le prêt participatif soit mis davantage en avant auprès de ses clients. Plus globalement, cette opération s’inscrit dans un large projet de transformation digitale initié par la Banque Postale : plan d’éducation aux nouvelles technologies, authentification biométrique, développement des interfaces mobiles, … elle ne recule devant rien pour faire valoir sa modernité.

Une étude menée par KPMG a estimé à 320 millions l’importance du crowdfunding en 2015, faisant de la France le deuxième pays qui plébiscite le plus ce mode de financement, derrière le Royaume-Uni. L’entreprise KissKissBankBank & Co. était en fait forte de trois sites : KissKissBankBank, mais aussi Hellomerci et Lendopolis. Avec ces trois entités dans son giron, et toutes les équipes techniques à portée de main, la Banque Postale espère profiter de l’expertise KKBB & Co. dans le secteur.

jeunes talents kisskissbankbank - illustration

KissKissBankBank assure sa survie sur un marché très concurrentiel

Depuis moins d’une dizaine d’années, les plateformes de crowdfunding ont éclos à intervalles réguliers. Ulule, GoFundMe, Wiseed et bien d’autres se sont engouffrés sur le chemin prometteur que représente le crowdfunding. Pour subsister, il faut impérativement prouvé que l’on avance, et que l’on tient le rythme imposé par la concurrence, sous peine de finir dans le fossé. Avec l’apport d’argent frais que va représenter ce rachat, KissKissBankBank s’offre un sursis, et même un bel accélérateur pour tenter de distancer d’autres plateformes de crowdfunding. Le rapprochement entre KKBB et les clients de la Banque Postale pourrait être salvateur.

Côté Banque Postale, on assure que l’équipe dirigeante de KKBB ne bougera pas d’un cheveu : le but est bien de capitaliser sur l’expertise de l’équipe en place, pour continuer à développer les trois plateformes KKBB & Co. Une façon de laisser à la célèbre plateforme de crowdfunding la place nécessaire pour grandir ? Espérons-le.