Fortuneo va proposer Apple Pay à ses clients d’ici quelques mois

L’information a été officialisée par la voix de Grégory Guermonprez, directeur de Fortuneo France : la banque 100% en ligne, filiale du Crédit Mutuel Arkéa, va proposer à ses clients l’utilisation d’Apple Pay d’ici la fin de l’année 2017. Fortuneo rejoint donc le cercle restreint des banques françaises qui ont choisi de faire appel à la firme de Cupertino et à sa solution de paiement mobile.

Fortuneo joue la carte du précurseur

Arrivé il y a très exactement un an sur le sol français, Apple Pay est un service qui offre aux possesseurs d’iPhone la possibilité de réaliser leurs paiements à l’aide de leur smartphone. Sa grande force réside dans trois principes : les paiements sont (évidemment) réalisés sans contact, et ils ne sont pas plafonnés par un montant maximum comme pour les cartes bancaires. En effet, l’authentification par empreinte digitale apporte un niveau de sécurité qu’il est impossible d’atteindre avec une carte bancaire traditionnelle. Cela permet de faire sauter la barrière des 20 ou 30€ de montant maximum autorisé d’habitude pour les paiements sans contact.

Ce type d’innovation est en parfaite adéquation avec les revendications des clients de banques en ligne, qui exigent des services de qualité totalement dématérialisés et faciles à prendre en main. D’après une étude ING Direct, réalisée en partenariat avec BVA, ce sont plus de 33% des Français qui seraient intéressés par des solutions de paiement mobile. Un pourcentage qui prend +20 points si l’on se focalise sur le segment des 18-24 ans. Autant dire que la demande est vraiment forte : certains acteurs commencent déjà à y apporter des réponses. C’est le cas, par exemple, de Visa et Mastercard qui fournissent presque exclusivement des cartes bancaires munies d’une puce NFC.

Apple Pay Fortuneo - illustration

Le marché bancaire reste hésitant

Malgré l’inéluctable demande des consommateurs, le paiement mobile ne se développe pas si vite que cela : certaines banques restent frileuses à déployer des solutions telles qu’Apple Pay. Et la raison à cela est très simple : Apple prélève une commission pour chaque paiement effectué. Cette dernière cristallise la réticence des banques, si bien qu’elles ne sont qu’une poignée à avoir signé avec Apple Pay pour le moment. Fortuneo s’ajoute en effet à une courte liste : la Caisse d’Epargne et la Banque Populaire ont adopté cette technologie pour leurs clients. Carrefour Banque a aussi annoncé le déploiement de ce service pour les usagers de son compte C-Zam.

Côté banques en ligne, Orange Bank est aussi pressentie pour travailler avec la firme de Cupertino … si Orange se décide à sortir le projet un jour – il a subi son troisième report la semaine dernière. Max, le très attendu assistant mobile du Crédit Mutuel Arkéa, devrait aussi bénéficier de l’expertise Apple Pay.

Rien n’est fixé définitivement, et il se pourrait qu’Apple abaisse le montant de cette commission pour convaincre un panel plus large de partenaires. Mais la concurrence est rude dans tous les cas, car Google, Amazon, Samsung ainsi que bien d’autres acteurs de taille plus modeste travaillent sans relâche pour s’imposer. Sur un marché du paiement mobile qui se chiffre en milliards de dollars, la place de leader sera difficile à conquérir, mais très juteuse pour l’heureux élu.