Neosurf Avis

Top 3Banques en ligneDétails
HelloBankVoir l'offre
INGDirectVoir l'offre
MonabanqVoir l'offre

La période actuelle est vraiment très ouverte aux nouvelles expériences bancaires. Ou, du moins, ces banques observent elles avec attention le bouillon de culture né de la fusion entre la finance et la technologie. Depuis quelques années, le nombre d’opérateur bancaire ne cesse d’augmenter. Rien que cette année, entre Orange Bank, Ferratum Bank, Anytime,  le Compte C-Zam de Carrefour Banque et les autres banques promises à l’ouverture sur le sol Français cette année, le nombre de banques en ligne explose littéralement. Et ce n’est pas encore fini.

 

Du côté des cartes prépayées, la logique est la même. Toutes les versions possibles et imaginables à propose du transfert d’argent sous forme numérique est exploré avec minutie. Chaque start-up, voire FinTech, peaufine sa vision des choses jusqu’à éclosion auprès du grand public. Skrill ne propose pas de RIB mais excelle dans le transfert et s’utilise comme un compte Paypal muni d’une carte bleue, le Compte Nickel est un véritable compte sans banque, Lydia permet de piloter sa carte bleue, ses codes, ses autorisations directement, Paysafecard permet d’acheter en ligne avec un code sécurisé à 16 chiffres, unique, Transcash promeut l’utilisation couplée de plusieurs cartes bleues dépendantes d’une seule, supérieure… Et Neosurf n’est pas vraiment une carte prépayée…

Mieux que cela, Neosurf permet avant tout, via un code acquis au point de vente le plus proche, de déposer son argent liquide pour le transformer en numérique accepté directement (sous forme de code unique donc, un peu comme Paysafecard) sur des centaines de sites marchands, ainsi que sur les plateformes de jeu ou de paris en ligne. L’assurance de bien maîtriser son budget sur ce type de sites très chronophages et « budget phages »…

Mais Neosurf a poussé plus loin son développement, en produisant une carte bleue associée à ce concept de code, sécurisant les transactions. Il s’agit de Neocash, qui n’attend plus que ses recharges. En plus de ses prérogatives habituelles, à savoir les paiements et les retraits, la Mastercard de Neocash est dotée d’une fonction supplémentaire, le partage instantanée d’argent d’une Neocash à une autre. Pour bénéficier de cette carte bancaire prépayée, il faudra obligatoirement créer un compte du même nom. En effet, les lois entrées en vigueur au 1er janvier 2017 nous force désormais à nous faire connaître des services fiscaux. Ce qui n’est pas un mal. Et, de toute façon, pour pouvoir bénéficier du partage instantané d’argent sur les cartes Neocash, il faut devenir client Premium. C’est-à-dire satisfaire aux demandes de justificatifs de Neocash.

Pour recharger, trois options s’offrent à vous. Vous effectuez un virement depuis votre compte bancaire, comme c’est le cas pour Skrill, vous effectuez un virement depuis une autre carte bancaire, ou vous achetez un Néocode dans l’un des 35 000 points de vente physiques. Mais attention à ne pas confondre le Néocode avec Neosurf. Les deux offres sont bien distinctes, et l’adhésion à l’une n’oblige pas du tout à la souscription de l’autre. Si Neosurf est plus proche du fonctionnement des codes PIN de Paysafecard, Neocash, avec ses coupons de recharges Néocode est une simple carte prépayée. Toutefois, pas de panique si vous vous trompez. Les codes Neosurf servent à recharger plusieurs cartes prépayées comme Skrill et Neocash.

 

Les tarifs Neosurf et Neocash.

C’est encore là que le bât blesse. Les taris proposés par ces moyens de paiement pouvaient être intéressants avant 2017, pour le service d’anonymat qu’il rendait. Mais désormais, ce service est restreint à sa portion la plus congrue. Il est donc urgent que ces services de cartes prépayées revoient leur facturation à la baisse. Et la chose est possible puisque le Compte Nickel le prouve depuis son entrée sur le marché. Voici donc ce que donnent ces tarifs :

  • Achat de la carte bleue : 14,90 € ;
  • Rechargement via carte bancaire : 1 € le retrait plus 1,5 % du montant transféré ;
  • Rechargement via compte bancaire : mêmes conditions que précédemment ;
  • Rechargement par le biais d’espèces, en achat de coupons Neosurf : 7 % du montant acheté (à titre d’information, c’est 2 % chez Compte Nickel) ;
  • Rechargement par le biais de coupons Néocode : entre 4 et 10 %, selon les sommes retirées, un peu à la façon de Transcash ;
  • Retraits en zone Euro, 2 €, hors zone Euro, 3 € ;
  • Paiements gratuits en zone Euro ;
  • Frais de dossier administratif : 20 € ;
  • Frais de tenue de compte : 1,50 € par mois ;
  • Activation du statut « vérifié : 5 €…

En bref, les tarifs de Neocash et Neosurf rejoignent ceux déjà vu chez Transcash, PCS Mastercard ou encore Veritas Card, et pour une prestation somme toute très basique, sans application originale ou élément supplémentaire marquant. Ici, le sms est payant, à 20 centimes, comme chez Transcash. On est loin du Compte Nickel, très loin.

Un peu à la manière de Paysafecard, l’équipe Neo offre un programme de fidélité à ses clients. Sans doute pour s’excuser d’être aussi cher et permettre aux plus utilisateurs du système de récupérer une partie des frais versés sous formes de promotions diverses et variées, voire de cadeaux. Notez que l’achat des coupons Neosurf se fait sans frais. Et c’est le point positif principal. Si vous ne devez utiliser ces coupons que dans l’optique internet, c’est parfait. Mais si vous optez pour le service Neocash, vous pourriez être déçus.

 

Conclusion.

A chaque fois, ou presque, c’est pareil. On loue la qualité ou l’originalité du concept et on fustige les tarifs, trop élevés. Vous allez dire que nous ne sommes jamais contents. Il y a un peu de ça. Il faut dire que devant l’offre pléthorique de services de ce genre, il est indispensable pour chacun des acteurs d’être le mieux placé pour survivre. Car toutes ces entités ne survivront pas. L’avenir des cartes prépayées est d’appartenir à des groupes bancaires, ou à disparaître. Seuls deux ou trois indépendants résisteront. Sur le marché français, on approche les 40…

Alors oui, quand on voit un concept intéressant et que l’on voit que les tarifs ne suivent pas, on devine aisément que sans remise en question, le produit ne résistera pas à l’offre de la concurrence. Pourquoi entrer chez Neo quand le duo Skrill Paysafecard permet  la même chose au niveau mondial, en plus d’une plateforme de paiement type Paypal. Au total, les prix seront même plus bas chez le géant que chez Neo.

Si ces modèles veulent survivre, il va falloir qu’ils en proposent plus, ou qu’ils baissent drastiquement leurs prix. Quant on pense que Lydia permet le pilotage totale de la carte bleue de manière autonome, que N26 permet même de changer de code de carte bleue directement sur l’appli aussi souvent qu’on le souhaite, et ces services sont moins onéreux que Neo, pourquoi continuer chez Neo ? Encore une fois, le concept de coupon est une excellente idée pour deux raisons, la maîtrise du budget et l’usage unique interdisant le piratage et protégeant la carte bleue du compte bancaire principal. Pour le reste, on est dubitatif.