Notre avis sur Carrefour Banque

Top 3Banques en ligneDétails
HelloBankVoir l'offre
INGDirectVoir l'offre
MonabanqVoir l'offre

Et si votre supermarché devenait aussi votre banque ? Après tout, pourquoi pas ? Depuis plusieurs années, on voit les établissements bancaires diversifier leurs activités et vendre des assurances, des téléphones portables, des voyages, des alarmes, des maisons ou appartements, etc. Au final, les banques progressent dans tous les domaines jusqu’à devenir des supermarchés. Alors pourquoi les supermarchés ne pourraient pas faire le chemin en sens inverse ? C’est forcément l’idée qui germe dans nos esprits quand nous apprenons que Carrefour Banque ouvre désormais un compte courant…

D’où vient Carrefour banque ?

Comme son nom l’indique, Carrefour banque est une émanation bancaire du groupe Carrefour. Tous les utilisateurs des services de la chaîne de supermarché connaissent déjà assez bien Carrefour Banque, ne serait-ce que grâce à la fameuse carte PASS. Mais ce que peu de gens savent encore, c’est Carrefour Banque, au départ plus spécialisé dans les cartes de paiement, et plus réputé pour ses prêts à la consommation, étoffe aujourd’hui considérablement son offre en permettant à ses clients d’ouvrir un compte bancaire. En somme, le Groupe Carrefour ouvre sa banque de réseau, et les agences ne manquent pas.

Et l’idée ne vient pas de nulle part. La première carte PASS des magasins Carrefour a été lancée il y a 36 ans, en 1981. Puis viendront les lignes de prêts à la consommation, dès 1987, puis les produits d’épargne, en 1991, et enfin la gamme d’assurances-vie, en 1997. L’étape suivante, ce seront les cartes de crédit. Carte de paiement rechargeable en quelques sortes, mais rechargées par un crédit à la consommation, un prêt renouvelable. Un peu dans l’esprit de ce que pourquoi est connue aujourd’hui la Carte Zéro.

En 2009, c’est l’arrivée des cartes Mastercard, et en 2011, Carrefour Banque est définitivement créée. Jusque là, tous ses services étaient assumés par les services financiers Carrefour. Maintenant, Carrefour Banque est prête à entrer à en concurrence avec les banques en ligne, adossée qui plus est, à son réseau d’agences, présentes en magasin. Avec le Compte C-Zam, la néobanque retailer vient clairement jouer sur le terrain des banques de réseau comme des Fintechs. Il y a donc fort à parier que dans les mois qui vont suivre, l’offre va encore s’enrichir, tant au niveau des services qu’au niveau des produits.

Les propriétaires de cartes Carrefour sont aujourd’hui estimés à plus de 3 millions de personnes. Ce qui fait déjà une base 3 fois supérieure celle d’ING Direct par exemple. Tout le monde n’y ouvrira pas forcément un compte. Mais quand la clientèle des banques de réseau sera mise en concurrence directe sur les frais bancaires, et avec l’aide de la loi Macron sur la mobilité bancaire, Carrefour Banque devrait voir ses rangs grossir très rapidement. Et puis, aujourd’hui, les gens font leur shopping dans les galeries de grandes surfaces bine plus que dans les centres-villes, là où siègent généralement les établissements bancaires. Alors, quoi de plus simple que d’aller voir son banquier dans une galerie commerciale Carrefour ?

 

Le compte courant C-Zam.

Voici donc ce fameux compte C-Zam, un compte que vous pouvez ouvrir en vous rendant faire vos courses hebdomadaires. Puisque les magasins se sont déplacés à l’extérieur des centres-villes, la banque devait suivre. Les banques de réseau n’ont pas su anticiper la chose, et c’est désormais le règne des galeries commerciales. Mais rassurez-vous tout de suite, Carrefour Banque ne va renverser la BNP Paribas ou la Société Générale… Ou du moins pas tout de suite…

Autre point fort dont jouit le compte C-Zam, son ouverture facile. Ou plutôt simple et rapide. Une fois le pack acheté, pour 5 € (il comprend la carte bleue), vous téléchargez l’appli dédiée sur Mac ou Android, et vous activez votre carte. C’est la première fois que l’on peut trouver un compte en banque ouvrable en 5 minutes entre deux rayons d’un supermarché. Auparavant, il fallait au moins se rendre chez son marchand de tabac. Et le compte Nickel en est d’ailleurs un excellent exemple, lui qui a été racheté par la BNP Paribas justement. Mais le Compte Nickel est un compte sans banque. Or le Compte C-Zam est, lui, bien adossé à une banque. Une vraie banque.

Sur la forme, C-Zam est assez proche de n26 ou de Lydia, deux néobanques, entièrement pilotables sur smartphone, et permettant de gérer soi-même tous les paramètres de sa carte bleue. Verrouillage de carte, acceptation ou refus des paiements à l’étranger, visualisation du code de la carte… Voilà quelques détails de gestion, autrefois à la seule responsabilité du banquier, et qui vous sont désormais accessibles directement. Mais C-Zam ne vas malgré tout pas encore aussi loin que les deux Fintechs précités. En effet, ces dernières permettent même de choisir et de changer son code de carte bleue à volonté, et directement depuis l’appli, et même de choisir soi-même les plafonds de paiement et de retraits hebdomadaires.

Vous bénéficiez des alertes sms, que vous pouvez activer ou désactiver, et il vus est possible de transmettre votre RIB facilement. C-Zam est un vrai compte bancaire, et rien ne s’oppose à ce que vous puissiez dorénavant y domicilier vos revenus, vos prélèvements et vos virements. Quant aux tarifs, les voici ; 5 € pour l’achat du pack, et 1 € par mois de frais de tenue de compte. Là, c’est de Monabanq que se rapproche Carrefour Banque. En effet, Monabanq est la seule banque en ligne qui facture un « abonnement » à ses clients ; 2 € par mois, mais pour l’accès à la gratuité de la carte bleue, et de 40 services, dont certains sont payants chez la concurrence.

Alors certes, Carrefour Banque et son C-Zam n’en sont pas encore là, mais ils garantissent toutefois que tous vos virements et prélèvement SEPA seront gratuits, que vos paiements, même en devises, se passeront de commissions bancaires, et que vos retraits sur un DAB Carrefour Banque et BNP Paribas (encore…) se feront également sans frais. Encore plus fort, même un rejet de prélèvement est gratuit (5 au maximum par an) et un ATD (avis à tiers détenteur ou saisie sur compte) ne coûte que 50 €, là où il est facturé à plus de 100 e dans la majorité des banques classiques et même en ligne.

Seul point noir, les retraits dans des DBA autres que ceux cités plus haut vous coûteront 1  € à chaque fois, dès la première fois. Mais ce qui est étonnant, c’est que ces frais n’augmentent pas si vous retirez de l’argent à l’étranger, même en devises autres que l’Euro. Au final, le compte C-Zam emprunte à N26, Lydia, Monabanq, ING Direct, et fait son mix personnel. On verra comment évoluent les services associés dans les mois qui viennent, mais pour le moment, c’est un bon lancement.

 

Les crédits.

Il faut dire que le plan marketing financier de Carrefour Banque est plutôt bien établi. Peut-être que quand la marque vendra des maisons, ou permettra d’en construire via Carrefour constructions par exemple, on trouvera une ligne de crédit immobilier. Pour le moment, Carrefour Banque se concentre sur qui peut apporter une véritable plus-value à ses magasins, c’est-à-dire les prêts à la consommation, le prêt renouvelable et même la restructuration de crédit. Il faut être sûr que les clients puissent toujours consommer.

 

Les prêts personnels.

Même si vous voyez plusieurs lignes de prêts à la consommation, dites vous bien toujours qu’un prêt personnel est un prêt non affecté. Les différences de dénomination entre ces lignes de prêts permettent certaines justifications, comme des taux ou des durées différentes. Mais ces différences sont surtout marquées à des fins statistiques. Dans cette logique très bancaire, Carrefour distingue donc les prêts auto des autres prêts, dénommés voyages, loisirs, travaux, trésorerie personnelle. Comme pour prouver ce que nous évoquions plus haut, Carrefour Banque délivre même un autre prêt appelé… Tous projets…

Dans les faits, la seule différence notable entre chaque ligne de prêt, c’est leur taux. Car pour le reste, toutes les durées, sont identiques. Vous pourrez donc emprunter entre 1 et 7 ans à des sommes allant de 3 000 à 38 000 € (loisirs, voyages et trésorerie), voire à 50 000 € (auto, travaux et tous projets).

 

Le crédit renouvelable, ou revolving.

Ce type d’emprunt est toujours risqué. On comprend qu’il fonctionne autant, parce qu’il permet de répondre à l’achat compulsif, ou « coup de cœur », mais il faut être en mesure de le rembourser très vite pour qu’il ne coûte pas trop cher. Et, même si de nouvelles règles régissent ces prêts à la consommation d’un genre particulier, il n’empêche qu’ils restent toujours dangereux.

Quoiqu’il en soit, le crédit renouvelable Carrefour Banque se construit de la manière suivante. Dès le départ de l’emprunt, vous connaissez forcément la durée maximale du remboursement. Et les intérêts sont donc calculés en fonction de cette durée, fixée comme celle d’un crédit amortissable. Ici, ce sera compris entre 6 et 36 mois. Ainsi, le taux plus bas (de 8 % tout de même) n’est valable que sur la durée la plus courte. Pour la durée la plus longue, vous taperez très proche des 20 % habituels de ce type de crédit.

Bien entendu, il vous est toujours possible de rembourser par anticipation pour renouveler votre réserve. Vous le faites quand vous le souhaitez, et aucun frais n’est facturé. A ce prix là, il faut bien quelques avantages…

 

Le regroupement de crédit.

Ici, deux types différents de regroupement de crédits sont proposés. Avouez que l’enseigne de supermarché, d’une façon presque cynique, encadre bien la consommation dans ses magasins. Mais revenons à nos deux lignes de prêts, l’une est sans garantie, et forcément l’autre est avec. C’est-à-dire qu’il demande une garantie hypothécaire. Et les différences ne s’arrêtent pas à ça.

Un prêt de regroupement sans garantie correspond tout simplement à un regroupement de prêts à la consommation. Le but est de ne plus faire qu’une seule ligne de prêt avec toutes les échéances que vous aviez à régler avant. La conséquence positive, c’est que votre échéance mensuelle va baisser. Le point négatif, c’est que vous allez le payer un peu plus cher. Dans certains cas, on peut également allouer une petite enveloppe de trésorerie. Mais ça se limite à ça. Ici, le prêt sans garantie monte donc à une enveloppe maximale de 150 000 € sur une durée de 10 ans.

La seconde ligne de prêt, demandant une garantie hypothécaire, n’émet aucune limite, aucun plafond d’enveloppe empruntable, et vous aurez jusqu’à 15 ans pour le rembourser. C’est comme si vous réalisiez un prêt immobilier (à un taux un peu plus élevé quand même) et que toutes vos dettes étaient adossées à ce prêt. Prêts consos, dettes personnelles, factures en retard, dettes d’huissiers ou des impôts, trésorerie et bien sûr, prêt immobilier. A limite de votre emprunt tient en deux points ; la valeur de votre bien mis en hypothèque (vous n’emprunterez jamais plus de 80 % de la valeur de votre bien), et votre capacité mensuelle de remboursement. Le but étant de vous désendetter, tout cela est on ne peut plus logique.

 

L’épargne.

Là encore, Carrefour Banque développe une gamme assez complète, et joue sur le terrain des banques que nous avons l’habitude de rencontrer. Un compte à terme, une assurance-vie et un livret d’épargne libre. Comme c’est le cas pour tous les livrets, ce dernier est exonéré de frais bancaires. Il est également accessible dès 10 €, et vous pouvez décider d’en booster le taux de rémunération, soit en mettant en place un plan de versement régulier (et il prendra 0,10 %), soit si vous laissez 100 000 € ou plus sur votre livret (et il prendra 0 ?20 % de plus), soit en cumulant les deux. Aucun livret aujourd’hui n’atteint cette hauteur.

Côté assurance-vie, vous trouverez forcément un profil de gestion à votre goût parmi les 5 proposés ; sécurité, sérénité, équilibre, dynamique et libre. Et cette assurance-vie promet des Horizons plus joyeux et surtout plus démocratiques que ces consœurs, puisqu’elle permet de souscrire dès 100 € et 15 € de versements mensuels. En 2016, sa rentabilité à été calculée à 2,51 %. Ce qui, dans le marché actuel des assurances-vie et compte tenu des perspectives qui l’attendent, est plutôt raisonnable. Carrefour Banque affiche d’ailleurs tous les résultats détaillés de ses UC et de ses fonds Euro.

Quant au compte à terme, nous n’avons que peu de détails, voire pas du tout. On sait qu’il est possible d’y souscrire à partir de 300 €. Mais c’est tout. Il se peut que le taux soit progressif, c’est-à-dire qu’il augmente en fonction de la durée d’immobilisation choisie. N’oubliez pas qu’un compte à terme reste totalement libre, et, qu’en cas de besoin, les sommes placées sont toujours retirables avant leur terme, et sans frais. Toute ou partie des intérêts peuvent être perdus. C’est la seule « sanction » éventuelle.

 

Les assurances.

Sur les assurances aussi, Carrefour Banque se place, en définissant 4 contrats principaux, aux biens (auto et habitation), et aux personnes (santé et familles).

 

L’assurance auto.

Même s’il est difficile d’obtenir des renseignements en ligne, nous finissons par trouver la solution, en établissant directement un devis. Là, nous aurons forcément plus d’indications après le résultat. Effectivement, nous avons désormais accès à 4 formules de contrat d’assurance auto ; l’essentielle au tiers, l’essentielle tous risques, l’intégrale au tiers, et l’intégrale tous risques. Deux gammes, déclinées toutes les deux à minima et à maxima.

La formule essentielle au tiers est munie de garanties comme la responsabilité civile (obligatoire), une assistance avec une franchise de 25 kms, une protection du conducteur, mais plafonnée à 300 000 €, et tous les recours de l’assuré que nous avons l’habitude de voir. Le bris de glace est en option, mais ne vient pas seule si vous la cocher. Les catastrophes naturelles et technologiques et les attentats l’accompagneront. De surcroît, il existe une franchise également sur le bris de glace, et elle se monte à 60 €.

A l’opposé, la formule intégrale tous risques n’oublie aucune garantie. Mais même si le plafond de couverture du conducteur atteint le million d’Euros, les franchises pour le vol et l’incendie ne baissent qu’à 300 € (au lieu de 600 € dans la formule essentielle). Heureusement, les franchises sur l’assistance et le bris de glace disparaissent. Un point positif ; si vous avez fait l’acquisition de votre véhicule dans les 5 dernières années, il sera remboursé à sa valeur d’achat. Vous ne trouverez pas de contrats spécifiques pour les motos, ou encore pour les camping-cars.

 

L’assurance habitation.

Pour obtenir des informations sur les garanties de l’assurance habitation, vous devrez forcément en passer par le devis en ligne. Il y a une cohérence dans la construction de ce site. Sur ce produit, Carrefour Banque distingue deux formules. Et, contrairement à de nombreux assureurs, la distinction se fait ici moins en termes de nombre de garantie, qu’en termes de montant des franchises.

Pour faire court et simple, voici les garanties communes aux deux formules ; Responsabilité Civile Vie Privée, Défense et recours, Incendie / Evénements annexes, Attentats / Actes de terrorisme, Dégâts des eaux, Bris de vitres, Dommages électriques (y compris les appareils électriques), Vol, Vandalisme, Catastrophes naturelles, Evénements naturels, Catastrophes technologiques. Mais dans la première formule, une grande majorité des ces garanties est assortie d’une franchise de 152 €. Et c’est également le cas pour la garantie Assistante Maternelle, en option.

Ce que vous trouverez en plus dans la formule intégrale ? Contenu congélateurs (sans franchise), Extension dépendances (jusqu’à 100 m²), Extension véranda, Protection Juridique Habitation, Assistance, Indemnisation complémentaire (toujours sans franchise) et une option protégeant tous les éléments extérieurs. Vous l’avez compris, nous sommes dans le cas d’une maison, et non d’un appartement. Mais surtout, ici, il n’y a plus de franchise du tout. Ce qui est plus surprenant, c’est que l’écart de prix entre les deux formules n’excède pas 20 € par an. Dans ces conditions, pour quoi choisir la formule essentielle ?

L’assurance santé.

Après l’assurance aux biens, l’assurance aux personnes. Carrefour Banque décline donc 5 niveaux de garantie à son assurance santé, tous nommés ; éco, budget, confort, confort + et excellence. Vous vous en doutez, le niveau de garantie monte forcément avec le montant de la cotisation. Plus vous approchez l’excellence, et mieux vous êtes remboursés de vos frais médicaux. Carrefour Banque met à disposition de tous ses visiteurs sur sont site, un document PDF qui reprend toutes les garanties selon la formule souscrite.

 

Les assurances famille.

Carrefour complète son offre de contrats d’assurances avec une assurance chiens et chats, une assurance scolaire, une protection familiale, qui peut venir en complément d’une complémentaire santé d’entreprise, obligatoire mais très incomplète par exemple, et une protection avenir. Les deux dernières peuvent être assimilées à de la prévoyance, ni plus ni moins, ou une garantie décès, promettant un capital à la famille selon le produit choisi.

Mais que Carrefour Banque propose une assurance chiens et chats n’est pas banal ; Parce que tous les assureurs n’y sont pas encore en France, et loin de là, même.

 

La carte Pass.

La Carte Pass, c’est sans doute la marque la plus connue chez Carrefour. Pour ceux qui débarqueraient d’un autre système solaire et qui ne sauraient ce qu’est la Carte Pass, il s’agit d’une carte de crédit adossée à un crédit revolving, et permettant de régler ses achats à comptant, par prélèvement sur le compte bancaire associé, ou à crédit, en piochant dans la réserve d’argent. Et quand on parle de compte bancaire associée, il peut s’agit tout aussi bien de votre compte C-Zam que du compte courant que vous avez dans une autre banque. On dit de la carte qu’elle est appairée à un compte.

Elle offre quelques avantages à ses possesseurs sur les produits carrefour, ou lors d’opérations commerciales. Mais son prix d’achat nous semble élevé ; 14 € pour la version simple, et 55 € pour la Gold. Au moins, chez Carte Zéro, la carte est gratuite.

 

Conclusion.

Au final, si l’offre est cohérente, on reste réticent. D’abord parce que la philosophie mise en avant par Carrefour est clairement consumériste, et confine même au cynisme. Vous achetez une carte bleue vous permettant d’acheter des articles qui peuvent vous être facturés à crédit. Et, si ce crédit finit par vous encombrer, avec le prêt auto que vous avez également souscrit, et bien Carrefour Banque vous suggère de regrouper les deux en un, et de repartir à zéro, avec une réserve d’argent de nouveau constituée. Bien joué ou malsain, suivant le côté où l’on décide de se placer.

Côté assurances, il reste encore pas mal de travail à faire. On ne s’improvise pas assureur. Malgré tout, le concept mis en place sur l’assurance habitation paraît intéressant. Bon, c’est toujours la même histoire ; les moins aisés souscriront à la formule la plus basse et auront donc plus de franchises à payer. Coluche avait raison : « moins tu peux payer, plus tu payes. » Mais cela fait désormais partie de notre capitalisme quotidien, et Carrefour Banque est loin d’être le seul établissement bancaire ou financier à fonctionner de la sorte.

Maintenant, tout ce que l’on attend, c’est de voir comment va se développer le compte C-Zam. Quels services complémentaires vont y être associés ? Comment le réseau classique et la FinTech vont pouvoir co-évoluer pour s’apporte mutuellement ? Et quelles sont les ambitions de Carrefour Banque à long terme ?